La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 17 septembre 2017

Je me raconte... été 2017

 Cet été ? Je n'ai pas fait que lire (même si le bilan des lectures est impressionnant). J'ai aussi fait du tourisme. J’ai découvert les villes de New York et de Philadelphie. Un long et beau voyage… Je suis partie en compagnie de l’amie Magali pour arpenter ces deux villes et c’était superbe !


D’abord nous avons passé les contrôles sécurité des aéroports en mode yolo trop facile et trop rapide.
Et New York… C’était étrange de marcher dans une ville tant de fois vue à la télé, aux infos, dans les films ou dans les livres. Les mêmes taxis jaunes, les mêmes gratte-ciel et les immeubles en brique, les gens ultra pressés (trop de gens !) avec leur boisson dans le gobelet… comme c’est étrange ! Ils existent en vrai !
Et nous avons vu :
Des bleuets et des fruits des bois cultivés dans le Vermont tous les matins dans les céréales.
Un homme armé pour venir boire son café.
Des pancakes avec de la banane chaude écrasée.
La statue de la Liberté et Ellis Island.
Des merles d’Amérique, des écureuils et un cardinal.
Un panneau interdisant d’entrer dans les toilettes avec son arme.
Un Américain ne cuisinant jamais et s’extasiant devant des tomates.
D’autres Américains qui ont eu un ours noir dans leur potager.
Plein de trucs au maïs.
Des gâteaux à la banane !!!!
Un gâteau choisi à la couleur, purple cake, ce n’était pas mauvais.
Des impressionnistes, des Renoir et des Cézanne par dizaines, des Picasso entrecoupés de Kandinsky et de deux ou trois autres du même calibre.
Pas assez de peinture américaine des années 20 ou 30.
Des employés de musée qui assurent au moins trois fois que l’on est very welcome. Et bah, ça fait plaisir.
Et encore de la peinture impressionniste.
Le métro new-yorkais… toute une légende.
Et le train… Je comprends que les touristes américains soient un peu paumés chez nous, faut être gentil avec eux !


Et Philadelphie. Une vieille ville (chut, les Marseillais, on ne ricane pas) avec la plus vieille rue des États-Unis et des bâtiments historiques : ici se sont joués la Révolution américaine et plusieurs événements liés à l’indépendance et à l’écriture de la constitution.
Et encore de la peinture impressionniste. Interrompue par quelques Matisse.
Et des fenêtres à guillotine !!!! Non, mais quitte à virer les Anglais, vous auriez pu virer les fenêtres, quoi !
Rocky.
Tout est trop salé, trop sucré, trop épicé.
Sauf le café qui n’est pas trop caféiné.
Du cheddar, plein de cheddar ! C’est bon la campagne.
Et encore des contrôles aéroport en mode yolo (sérieux, on a dû y passer 20 minutes) et même un RER B vide, propre et à l’heure. (avec le recul, je pense que c’était un voyage publicitaire) 


Bien entendu, je vous montrerai des photos.

11 commentaires:

  1. Joli résumé à la Nathalie ;-) Vivement la suite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! ça va quand même demander un peu de temps.

      Supprimer
  2. oui oui! Hâte de voir les photos et de voyager virtuellement avec toi!

    RépondreSupprimer
  3. Alors que ce n'est pas une de mes destinations rêvées, en te lisant, elle pourrait le devenir !
    Syl.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas la 1ere fois qu'on me le dit... un talent caché ?

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Patience... je trie les photos et rédige 3 lignes de blabla !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").