La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 15 mai 2017

Pourquoi est-ce que je raconte l’histoire de mes masques ?

Albert Sánchez Piñol, Victus, traduit de l’espagnol par Marianne Million, parution originale 2012.

Énorme roman de guerre et de poliorcétique.

Le narrateur, Martí Zuviría, est un barcelonais qui nous raconte comment il est devenu, presque par inadvertance, le dernier élève de l’immense Vauban, puis ingénieur militaire, embarqué dans la guerre de Succession d’Espagne, dans un camp, puis dans l’autre, et enfin défenseur de Barcelone, ville assiégée qui finit par succomber. Tout cela en 700 pages.

Bien sûr, que c’était un Dix Points. Davantage que regarder, c’était comme s’il écoutait : les objets, les insectes, l’entourage dans son ensemble et même l’air transparent lui parlaient, heureux de s’ouvrir à lui dans une confession volontaire. Puis il fit un geste : il leva une main, comme pour demander à un orchestre de se taire.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui m’a embarquée très facilement. Le narrateur raconte tout cela comme un roman d’aventure, ou un roman picaresque, facétieux et grotesque. Il est pourtant question du noble art de la défense et de l’attaque des villes, noble art conçu comme une science efficace et rigoureuse. Vauban y apparaît véritablement comme un grand homme, un génie imprévisible (et je dois dire que les explications techniques sont extrêmement bien faites, on comprend tout aux tranchées et aux bastions). Pourtant, c’est à la guerre que se trouve confronté Zuviría, la vraie guerre, avec ses hommes pendus aux arbres et ses bombardements aveugles – la boucherie. Le XVIIIe siècle, c’est aussi ce moment où les armées de métier, avec leurs mercenaires qui n’appartiennent à aucun camp, mais qui sont payés pour un travail, font place à des armées populaires. Un ennemi est un rebelle, et un rebelle, civil ou militaire, doit être tué.
Dans le cloître de la cathédrale de Barcelone. M&M
C’est aussi un roman d’amour pour Barcelone et son petit peuple d’épiciers, et même pour ses bandits. En ce sens, Victus est un roman catalan ! Les grands noms de l’histoire en prennent pour leur grade, Louis XIV est appelé le Monstre, et les autres rois apparaissent tout aussi peu glorieux et sans souci de leur population. On lit également des descriptions extrêmement vives et précises du siège d’une ville, des attaques, des bombardements, des guerres dans toute leur violence aveugle et leur hasard incontrôlable.
Le narrateur raconte tout cela avec ton joyeux et entraînant, plein de vie, décidé à survivre à tout, sautant à pieds joints dans l'humour noir.

Un bémol : je n’ai pas bien compris l’intérêt de présenter le roman comme le récit rétrospectif d’un narrateur âgé et plein d’expérience, je n’ai pas du tout cru à ce recul qui n’apporte pas grand-chose à l’histoire.

Après avoir beaucoup aimé La Peau froide, roman fantastique qui m’avait fait très peur, on va continuer dans la découverte d’un auteur capable d’écrire dans des veines aussi différentes.

Il y avait en Vauban un paradoxe impossible. Parce que si j’ai parlé précédemment, avec dégoût, de ceux qui nient l’art de la guerre, il faut le comprendre en termes vaubaniens. Qu’est-ce que la guerre ? Tripes à l’air, pillage et destruction. Le paradoxe étant que, dans la conception de Bazoches, l’art de la guerre poussé à sa dernière extrémité annihilait la guerre. Une discipline dont la finalité tendait vers sa propre désintégration !

Bon pour le mois espagnol de Sharon.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").