Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

vendredi 19 juin 2015

Bonne route et bon appétit !

Nausica Zaballos, Mythes et gastronomie de l’Ouest américain : sur la route !, Le Square éditeur, 2014.

Un parfait livre de vulgarisation, qui donne envie de faire son sac et de partir immédiatement.

Zaballos présente l’histoire culturelle d’une région s’étendant de Las Vegas au Nouveau-Mexique, en passant par l’Arizona et quelques autres coins de l’Ouest américain. Histoire indienne (en particulier celle des Navajo), histoire des découvertes et des colonisations, du développement moderne, devenir de ces lieux dans la littérature et au cinéma et naturellement la cuisine. Ce livre est riche de découvertes. J’y ai appris par exemple que les fermes laitières étaient très nombreuses à Las Vegas jusque dans les années 1940, nous parcourons la route 66, découvrons les premiers casinos nés dans le désert, les routes, le chemin de fer… Le point fort du livre se trouve dans ses va-et-vient entre histoire et mythe tel qu’il est entretenu par le cinéma, surtout le western. Le livre donne envie de revoir quelques classiques !
Photo extraite du film Casino
Parmi les recettes, on trouve des plats inscrits à la carte des premiers casinos, pour inciter les joueurs à rester plus longtemps, d’autres servis dans les premiers trains à traverser le pays, ceux servis aux ouvriers employés dans les grands chantiers du New Deal, ceux créés par les néo hippies du désert… L’histoire américaine dans son assiette !
Les influences culinaires sont infinies : allemande, italienne (comme la recette attribuée à Franck Sinatra), indiennes, mexicaines… une recette attribuée aux bergers basques immigrés au Nevada. Certains ingrédients sont étonnants  comme les nopales (un cactus de la famille du figuier de Barbarie, je savais que cela se mangeait, mais je n’aurais pas pensé à en faire une omelette) et la farine de maïs bleu (cultivé par les indiens Hopi).
Je suis frappée par le mélange de sucré et de salé auquel je ne suis pas habituée (par exemple un sandwich jambon-parmesan arrosé de sirop d’érable).

Nous avons testé le brownie dont voici la recette, la tourte à la viande et la tarte au vinaigre, pour lesquelles vous devrez patienter un peu.

Seul gros bémol de ce livre : l’absence de carte géographique ! Sérieux ? !

Mais qui a mangé la moitié du brownie ?
Chocolate and Pecan brownies

125 g de chocolat noir
100 g de beurre (j’en ai mis 75-80)
2 œufs
150 g de sucre (j’en ai mis 100)
80 g de farine
20 g de caco en poudre (totalement oublié !!!!!)
½ sachet de levure chimique
50 g de noix de pécan remplacés par des noix mixées en morceaux

Faire fondre le chocolat et le beurre au bain-marie. Battre les œufs et le sucre. Ajouter la farine, le cacao et la levure. Incorporer le chocolat et le beurre fondus et les noix de pécan. Verser la préparation dans un moule préalablement beurré. 25 minutes dans un four préchauffé à 180°C.



Il était une fois dans l'Ouest. Des femmes écrivains. Merci à Babelio et au Square éditeur pour la lecture. Toutes les recettes du blog.

4 commentaires:

  1. J'ai vu ce livre ! mais seulement la couverture.
    Je diminue souvent les quantité de sucre et de beurre... on s'en porte mieux ! et même au goût.
    Je prends ta recette qui plaira à la maison !
    Kiss

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma question : et si tout le monde diminue les quantités de beurre et de sucre, il doit y avoir des recettes où la quantité est correcte et on ne le sait pas !
      En l'occurrence, je pense que l'amertume du cacao compense le trop de sucre.

      Supprimer
  2. Oui Moustachu aussi a dit ça, avant d'y goûter.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").